Exposition vente d’œuvres d’art : L’Italie solidaire de la Côte d’Ivoire

photo exposition Italie-Cote d'ivoire

Depuis le vendredi 16 novembre jusqu’au 15 décembre 2012, des tableaux de 51 artistes ivoiriens et italiens sont sur les cimaises du Musée des civilisations de Côte d’Ivoire (MCCI) dans le cadre de l’exposition Internationale dénommée «Un musée pour un musée » destinée à lever des fonds au profit du MCCI pillé et saccagé lors de la crise poste électorale de 2010.

 Deux pays, l’Italie et la Côte d’Ivoire ; deux musée, le Musée des Civilisations de Côte d’Ivoire et le Musée MU.MA. Galata de Gênes en Italie ; 51 artistes plasticiens (24 ivoiriens et 27 italiens). Tous unis pour une exposition internationale de levée de fonds pour la relance du Musée des Civilisations de Côte d’Ivoire fermé depuis la crise. Le vernissage de cette exposition a eu lieu le vendredi 16 novembre au sein dudit Musée.

 Pourquoi une exposition internationale de levée de fonds ?

 « La raison est d’ordre qualitatif et éthique » selon Silvie MEMEL KASSI, Directrice du MCCI et par ailleurs Présidente de la Fondation Tapa, Co-promoteurs du projet. « D’abord, l’initiative est venue de Mario Moneta, Président de la Promotrice des Beaux-arts de la Ligurie, qui a réagit face à l’appel que nous avons lancé à la suite du sinistre subit par le Musée des Civilisations de Côte d’Ivoire, montrant ainsi la solidarité et l’humanisme qui caractérise le monde de la Culture » a-t-elle ajouté.

En mobilisant les artistes plasticiens italiens, il a, toujours selon elle, « donné le ton à la Côte d’Ivoire qui compte non seulement des artistes de talent, mais des hommes et des structures qui, contrairement à ce qu’on peut penser, croient en l’art et sont prêts à investir dans ce secteur ».

La première phase de cette exposition itinérante d’œuvres contemporaines italiennes et ivoiriennes s’est déroulée avec succès du 14 au 30 juin dernier en Italie, en présence de l’Ambassadeur de Côte d’Ivoire en Italie, Son Excellence Madame SARACINO TANGLIANTE.

La somme de 80 millions de francs est attendue pour lancer les grands chantiers du musée. Il s’agit entre autre, de l’inventaire et de la numérisation des collections, de la création d’un système de base de données, de la photographie de toutes les pièces, de l’achat d’œuvres ethnographiques pour remplacer celles volées et de la mise en route d’une politique d’accroissement du taux de fréquentation avec la visite des écoles. L’autre objectif est d’amener la population et surtout les opérateurs économiques à comprendre que le financement de l’art ne doit pas être la seule affaire des Départements ministériels en charge de la Culture. Enfin il fallait, selon elle, montrer la densité et la variété de l’art visuel contemporain des peuples africains et particulièrement ceux de la Côte d’Ivoire. Ce projet offre également l’avantage d’ouvrir à nouveau le musée fermé depuis près de 2 ans aux publics.

 La particularité de l’exposition

 Sa réalisation a nécessité la mise sur pied d’une équipe technique composée pour la partie ivoirienne, de la fondation Tapa et du Lions Club Calao dont le président, à propos du MCCI, a indiqué que « c’est ici que jeunes et vieux peuvent jeter un regard sur la vie de nos ailleux. Ce sanctuaire renait de ses cendres ». Pour lui, son organisation veut participer à l’implication des jeunes dans la culture. Pour ce faire, elle continuera à soutenir le musée à travers la poursuite de la vente des tableaux offerts, la poursuite de la rénovation des lieux et l’organisation des séances de visites pour écoliers.

Mario Moneta, Président de la Promotrice des Beaux-arts de la Ligurie, représentant la partie italienne, a indiqué que la spécificité du projet réside dans le fait qu’il concerne deux musées éloignés de plus de 6000 km. «Le public peut acheter un tableau et ainsi participer à un projet qui permettra à l’histoire de la Côte d’Ivoire d’avoir un lieu de conservation…. nous devons marcher ensemble à travers l’art afin que la culture ivoirienne occupe la place qui est la sienne».

 Le Directeur de Cabinet du Ministre de la Culture et de la Francophonie (MCF), Dembené Fousseni a souligné qu’il s’agit de faire en sorte que ce musée se relève pour retrouver sa place, reprenne son souffle parce que la vie ne s’arrête jamais pour l’art. Selon ses propos, « Le MCF souhaite que ce partenariat entre la Côte d’Ivoire et l’Italie dure pour que l’art soit le socle de la cohésion des ivoiriens ».

 Conseillère, représentante de la Première Dame de la République de Côte d’Ivoire, Mme Dominique OUATTARA, POATY Chantal a relevé trois facteurs qui font la particularité de cette exposition. D’abord, le Musée des Civilisations est dirigée par une femme, ensuite, cette exposition relance les activités de cette institution. Elle a, à ce propos félicité les artistes qui contribuent par leur action, à hisser les couleurs de la Côte d’Ivoire. Enfin, le projet avait l’avantage de montrer de la part de l’Italie, une solidarité agissante.

Plusieurs générations d’artistes contemporains ivoiriens sont représentées dans cette exposition. Les artistes ivoiriens sont : Essoh, Moreau, Stenka, James Houra, Tamsir, Bath, Oussou, Mondys, Aggrey, Annick Assemian, Yapi Roger, Pehouet, Wanoumi, Gossé, Jacobleu, Aboli Kann, Konan Pascal, Togba, Idrissa Diarra, Yubah, Diabagaté, Gnohité, Salomon, AKE.

 Le vernissage de l’exposition avait pour marraine, Madame Henriette DAGRI DIABATE, Grande Chancelière représentée par Yacouba Konaté et placée sous la Présidence de M. Maurice KOUAKOU BANDAMA, Ministre de la Culture et de la Francophonie, avec le soutien de l’Ambassade d’Italie en Côte d’Ivoire. L’invité d’honneur était Madame Dominique OUATTARA, Première Dame de la République de Côte d’Ivoire.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site